.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



avatar

MON NOM EST
ET JE SUIS UN
≡ PROFESSEUR


Messages : 14
Date d'inscription : 12/11/2012
Localisation : Dans une salle de classe, bourrée d'élèves idiots ._.

Quel Métamorphe es-tu ?
Âme animale:
Profession/Année:
Post-it:

MessageSujet: Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...   Dim 18 Nov - 18:56







Un éclair !

« Le plus haut degré de la sagesse humaine est de savoir plier son caractère aux circonstances et se faire un intérieur calme en dépit des orages extérieurs. »

Enfin ! Après une longue heure de recherche, Javier trouve enfin le petit escalier menant au toit. L'espace à beau être restreint, on y voit comme en plein jour, grâce au multitudes d'appliques disposés ça et là tout le long de la montée des marches de marbres dont la luisance révèle la nouveauté de cet endroit.

En effet, le malheureux voulait juste se promener, et un élève mesquin l'a guidé à l'autre bout du monde, en affirmant que le toit était là. Vous vous doutez bien que ce n'était pas le cas. Oh, vous êtes doués ma parole !

Prenant toute les précautions du monde, Javier s'aventure dans l'escalier d'un air intrépide. Il en voit une véritable aventure en soi, car il a beau être ici depuis un an, il arrive quand même à se perdre. Pourtant, l'escalier à l'air de ne mener qu'a une seule sortie, mais on est jamais trop prudent.

Quand il arrive sur le toit, un paysage magnifique s'ouvre à lui. Le ciel, complètement noir, et les lumières de la ville contraste bien ensemble et forme un équilibre parfait. Javier se sent soudain projeté des années en arrière, dans l'une des soirées au feu de camp qu'il faisais tout les week-ends durant son enfance.

Ce flash-back lui produit un sentiment de bien-aise. Il se sent bien sur ce toit. Comme si c'était une seconde maison. Un sourire béat au visage, il avance un peu, et s'assit en tailleur, devant la ville éclairé. Mais soudain, un éclair, surgissant de nulle part, frappe violemment une antenne électrique, sûrement là pour capter la télévision, situé plus en hauteur sur le toit.

Comme si faire cramer une antenne c'est déjà pas assez chiant, il faut qu'elle brûle en plus de ça ! Un départ de feu, devant les mains impuissante de Javier. Il ne savait pas quoi faire, mis à part d'appeler de l'aide. Oh, c'est une bonne idée, tiens.


    « Ca brûle ! Vite, aidez moi , Por favor ! »



Après avoir patienté environ une minute, Javier répète son appel au secours. Comme personne ne vient, il retire sa chemise rouge à carreaux, le laissant en marcel blanc et jean noir, pour étouffer le feu. Tentative vouée à l'échec, la pauvre chemise flambe direct. Paniqué, Javier gigote dans tout les sens. Les situations d'urgence, c'est pas son truc...



(c) - Sounii


Dernière édition par Javier Morales le Ven 23 Nov - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

MON NOM EST
ET JE SUIS UN
≡ PROFESSEUR


Messages : 96
Date d'inscription : 06/11/2012

Quel Métamorphe es-tu ?
Âme animale: Panthère Noire
Profession/Année: Professeur d'Arts
Post-it:

MessageSujet: Re: Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...   Lun 19 Nov - 18:53







Incendie inattendu ~

La nuit était bien sombre ce soir là et un vent doux soufflait dans tout le pensionnat. Les arbres s'agitaient alors, doucement, sous cette brise, leurs feuilles bruissant de ce son si naturel qu'il est impossible à imiter. Debout, près d'un réverbère noir qui illuminait de sa lumière jaune, artificielle, un petit cercle d'une dizaine de mètres, se trouvait un homme. Pas un de ces hommes banal que l'on à l'habitude de croiser dans la rue, pas non plus un de ceux qui ne sortent que la nuit, pour aller boire des breuvages vulgaires tout en divulguant des propos de même genre. Non, lui était différent, de bien des façons. Premièrement il possédait de longs cheveux lisses, à nuances violettes, presque noirs en ce début de soirée. Attachés dans le bas de sa nuque par un cordon de cuir, ils semblaient être aussi fins et doux que la soie elle-même. Vêtu d'une chemise blanche -la manche droite remontée-, il possédait un jean plus ou moins moulant, noir et des chaussures de qualité et de même couleur. Il semblait profiter du fait que l'hiver ne soit pas totalement arrivé, traînant aussi peu habillé à des heures comme celle-ci. D'ailleurs, même le temps semblait lui donner raison, de gros nuages gris, ceux qui n'arrivent qu'en automne, se profilaient dans le ciel sombre. Ceux-ci étaient très reconnaissables car ils étaient bien souvent à l'origine d'orages secs et violents. Mais il en fallait plus pour effrayer le jeune homme qui continuait tranquillement de fumer sa cigarette. Ah oui, j'oubliais. Il tenait le petit cylindre blanc ente ses longs doigts fins et à fréquence régulière, venait le poser entre ses lèvres, aspirant puis quelques secondes plus tard, expirant une fumée blanche, s'amusant parfois à lui donner une forme quelconque.

Soudain, un éclair. Illuminant l'endroit de sa forte lumière, il contraste avec la silhouette sombre qu'est le professeur d'arts. Quoi ? Aurais-je encore oublié ? Cet homme si original et élégant est en effet le professeur d'arts de ce pensionnat surclassé. Si vous ne savez pas encore son nom -ce qui serait bien une honte- il s'agit du professeur Yuuwaku Fujimara. Originaire du japon, comme le laisse clairement deviner son prénom. Cela dit, son mode de vie est bien plus européen qu'occidental. Enfin, revenons à cet éclair, qui soit dit en passant, ne l'a même pas fais sursauter. Certains le qualifierait de blasé, mais disons plutôt que son expérience en fait quelqu'un qui est rarement, très rarement surpris. Cependant ce n'est pas comme si cet éclair ne l'avait pas affecté, au contraire il l'avait intéressé, il lui avait fait penser à quelqu'un, en fait. Quelqu'un de rare puisqu’intéressant à ses yeux. Si, je vous jures, cela existe. Quelqu'un qu'il considérait comme un ami .. ou une proie potentielle il n'en savait que trop rien. En tout cas il pensa à lui car cet homme -oui, c'était un homme- aussi intéressant qu'il puisse être, avait une idiote peur de l'orage. Un soupire amusé s'échappa des lèvres du professeur, accompagné d'une fumée blanche. Première réaction de la soirée.

Cependant, ses pensées dérivèrent bien vite, car arriva à son nez -droit, beau, parfait, comme tout le reste- une odeur bien étrange. Plus qu'étrange elle était désagréable, une désagréable odeur de plastique fondu. Il ne fallut pas longtemps au professeur pour deviner que l'éclair ne devez pas avoir frapper bien loin et que quelque chose, mais certainement pas des arbres, avait pris feu. Son premier réflexe fut de regarder en hauteur, la chance fut avec lui de ce coté là car les flammes dont il voulait partir en quête se trouvaient justes sous son nez, ou du moins, juste au-dessus de sa tête. Sur le toit du bâtiment une antenne avait pris feu. En s'approchant de celui-ci pour voir un peu mieux, il entendit une voix, un cri. Il y avait quelqu'un en haut. La hauteur des flammes redoubla, comme si quelque chose avait nourri le feu, un étrange frisson parcouru le professeur. Qui était là haut ? Cette personne avait-elle évité le feu ? Tant de questions, si peu de réponses.

Le jeune homme se précipite donc, personne dans le hall. Cela paraît normal, les élèves sont à cette heure, confinés dans leurs chambres et les professeurs sont entrain de corriger des copies. Du moins, c'est bien souvent comme cela que ça marche. Mais alors, qui est sur le toit ? Un autre soupire s'échappe des lèvres rosées du bel Apollon, mais ce soupir là est anxieux, aussi peu agréable à produire qu'à entendre, tout simplement car il est bien souvent porteur de mauvaises nouvelles. Tout en montant les escaliers quatre à quatre, il sortit de sa poche un portable professionnel, noir, pour changer. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire il appelait les pompiers indiquant avec précision l'incident, son lieu et sa probable cause. Tout cela sans que sa voix, calme, ne laisse transparaître le moindre trouble, mis à part bien entendu, sa respiration plus forte, due à l'effort qu'il était entrain d'effectuer. Néanmoins, plus il approchait du feu, et par là même d'une éventuelle vie à sauver, plus son cœur battait fort. Après tout, il était humain.

Les dernières marches, illuminées par des petites appliques lumineuses et enfin la vieille porte en ferraille, le genre de celles qui grincent lorsqu'on les ouvre. D'ailleurs celle-ci grinça bien, lorsque Yuuwaku la poussa, mais il ne l'entendit pas, il était bien trop concentré. A peine sur le toit, il commença a marcher doucement, ses yeux furetant de partout à la recherche du moindre détail, celui qu'il voulait était plutôt évident, et il ne tarda pas à le trouver. Le feu, sur une antenne, comme il lui semblait l'avoir deviner. Et devant ses flammes, un homme, brun aux origines hispanique, il n'y avait pas de doute, qui devait avoir le même âge que le professeur … D'ailleurs il devait être professeur lui aussi. Ne l'avait-il pas déjà croiser dans les couloirs ? Il fallait dire qu'avec tout ce nouvel arrivage d'enseignants et d'élèves, Yuuwaku n'avait pas forcement eut le temps de sympathiser. C'est ainsi que sans connaître celui qui se trouvait devant lui, il lui tira sur le bras, l'amenant à lui pour l'éloigner des flammes. Il le regarde un instant et soupire, d'un air exaspéré, bien qu'il soit légèrement amusé par l'air ahuri qu'avait le brun avant qu'il n'intervienne.

    ▬ Tss, depuis quand les adultes sont devenus aussi irresponsables ?


Codage (c) - Sounii
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ask.fm/UmiBwack



avatar

MON NOM EST
ET JE SUIS UN
≡ PROFESSEUR


Messages : 14
Date d'inscription : 12/11/2012
Localisation : Dans une salle de classe, bourrée d'élèves idiots ._.

Quel Métamorphe es-tu ?
Âme animale:
Profession/Année:
Post-it:

MessageSujet: Re: Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...   Ven 30 Nov - 23:30

<< Si la folie s'embrasait, le monde entier
périrait sous les flammes>>


Javier est désemparé, transit par le froid et la peur. En effet, depuis que sa chemise à grillé, il commence à geler. Certes, ça n'offrait pas une grande protection, mais c'était déjà ça. Les flammes grimpaient, et il ne pouvait rien faire. Alors qu'il croyait que tout était fini, une main robuste vient tirer vers l'arrière Javier.

L'homme qui se tiens à coté de Javier est un être bien peu original. Tout est en noir chez lui, même le portable qu'il tient dans sa main. Cela indique également qu'il à déjà appelé les secours. Ses cheveux aussi sont noirs. Tout ce qui contraste avec toute la noirceur qu'il dégage c'est son visage pâle et ses yeux bleus. Et cet homme, je le connais.

<< Tss, depuis quand les adultes sont devenus aussi irresponsables ? >>

<< Mais c'est pas ma faute, Yuu ! >>

Oui, c'est bien lui, Yuuwaku Fujimara, le prof' d'art au nom imprononçable avec l'accent de Javier. C'est pour ça que quand il a su son nom, il l'a tout de suite surnommé "Yuu", plus facile à dire. Pourtant, Le brun se demande si lui le connaît. Il se doute bien que non, mais on ne sait jamais. Aurait-t-il entendu parler de lui ?

Flammes et coup de vent ne font pas bon ménage. Surtout pour Javier et Yuuwaku. En moins de trois minutes le feu se propage déjà. On ne peut pas attendre les secours, il faut agir. Malgré tout, il faut un moment à Javier avant de poser la question ultime qui est toujours très utile, même si il connait la réponse. Et malgré lui, il le tutoie.

<< T'as appelé les secours ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





MON NOM EST
Contenu sponsorisé
ET JE SUIS UN



MessageSujet: Re: Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le ciel se déchira de la main de Zeus, illuminant deux visages admiratif...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Main sans valeur et fleur
» La mort venue du ciel !
» Dragon arc-en-ciel
» Nombre de points de cette main ?
» Limites de main, meule et complots.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World's Madness :: Interieur :: ≡ Troisième Etage :: φ Toit-